Chroniques d’un Ludovichien: Troisième partie

Bonjour à mes conchientoyens,

Il paraît que nous avons changé d’année, tous les humains s’abordent avec cette même formule «Bonne Année» et ils s’embrassent sur les deux joues, chaleureusement en riant. Bien que je ne comprenne pas du tout ce que cela signifie, et que cela m’oblige à fragmenter ma promenade, il y a une telle bonne humeur, et un tel espoir dans ces effusions que cela me rend tout heureux: je remue la queue, et j’essaye de sauter pour donner à mon tour un grand coup de langue, ma façon à moi de participer à ces démonstrations d’amitié.

J’entends souvent ma maîtresse dire qu’elle adore cette période; les humains donnent l’impression d’avoir besoin de ces occasions qu’ils appellent fêtes pour se manifester de l’affection mutuelle, ils se souhaitent un joyeux Noël, puis une bonne Année, puis vient Mardi Gras, les enfants se déguisent et me font un peu peur, puis joyeuses Pâques, et après vient le printemps, et le retour des beaux jours leur rendent leur bonne humeur naturelle… sauf s’il pleut bien sûr!

Tout cela est bien difficile à comprendre pour un petit ludovichien qui vit uniquement au présent, n’ayant aucune notion ni du passé ni de l’avenir; honnêtement cette restriction de l’esprit est de temps en temps bien appréciable. Nous sentons bien que nos amis humains sont souvent anxieux, tendus, fatigués, ils ont des soucis qui nous dépassent, ils appréhendent l’avenir, et de ceci dépend notre bien-être, nous les respectons pour cela, nous les admirons pour le courage qu’ils manifestent tous les jours.

Alors, amis humains, je veux vous dire que, moi, Scoop le ludovichien, je ne saurais pas vous aimer toujours, mais je vous aime tous les jours!

Bonne Année

Scoop
Nathalie

Partagez/Share !